Rachid Nekkaz soutient l’ONG  » Frontières sans Kif  » pour lutter contre le trafic de drogues à la frontière algéro-marocain

 

hassan rachid nador compressée

 

Salem, Azul

Je me suis rendu le mercredi 22 octobre à Nador, au Maroc, à l’invitation de l’Association méditerranéenne pour le développement durable.

Lors de cette réunion où j’ai abordé tous les sujets sans tabous, j’ai expliqué clairement qu’il ne pouvait pas y avoir une amélioration des relations entre l’Algérie et le Maroc, en vue d’une réouverture des frontières, si la question de la lutte contre le trafic de drogues, qui empoisonne notre jeunesse algérienne, n’était pas abordée d’une façon honnête et claire.

J’ai donc donné six mois au Gouvernement marocain pour mener des actions efficaces en direction des trafiquants pour réduire fortement le volume de drogues qui inonde notre pays et détruit notre Jeunesse.

En 1996, sous la pression des Européens, le Roi Hassan 2 avait fait arrêter les principaux trafiquants de drogues du Rif en 4 mois.

Pour information, lors des 6 premiers mois de 2013, 70 tonnes de drogues ont été saisies et pour les 6 premiers mois de 2014, 95 tonnes de drogues ont été saisies, soit une hausse de 36% pour la même période.

D’après les experts, ces quantités ne représentent que 3% des volumes qui passent dans notre pays.

D’après l’office des Nations-Unies de Lutte contre la drogue et le crime, le Maroc a produit 38 000 tonnes de cannabis en 2012 et il est le premier producteur mondial de cannabis.

Le Maroc doit donc clairement réagir en neutralisant ces trafiquants de façon à réduire fortement les quantités de drogues qui arrivent en Algérie.

Par ailleurs, j’estime qu’il est important de soutenir toutes les actions de citoyens algériens et marocains issus de la société civile permettant de lutter contre le trafic de drogues.

C’est pour cela que je vous demande de soutenir cette ONG (Organisation Non Gouvernementale) » Frontières Sans kif  » dont le président, fin connaisseur du trafic de drogues dans les banlieues françaises et de son impact socio-économique, est aussi un expert sur plusieurs thématiques liées à l’emploi,aux discriminations, aux zone urbaines sensibles, à la pratique cultuelle

M. Hassan Ben M’Barek est un citoyen marocain marié à une algérienne. J’ai mené avec lui plusieurs combats pendant 15 ans pour défendre avec dignité les Maghrébins et les Musulmans de France en empêchant notamment la destruction de mosquées.

Voici le site internet de cette ONG :

http://frontieressanskif.org/

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *