Réduction de 50% des achats militaires de l’Algérie et du Maroc

photo rachid et hassan maroc

Rachid Nekkaz propose au Maroc et à l’Algérie de diviser par deux sur 5 ans le budget de leurs achats militaires afin de contribuer à un climat de paix au Maghreb. Avec la baisse du prix du pétrole, c’est une nécessité.

On ne touche pas au nombre des militaires ni à leurs salaires. Il s’agit uniquement de diminuer le budget des achats de matériels militaires à l’étranger.

Les budgets militaires du Maroc et de l’Algérie ont connu une évolution inquiétante ces dernières années, le Maroc prévoit de dépenser 4,5 milliards $ en 2015 et l’Algerie 13 milliards $.Pour l’Algerie, cela représente l’équivalent de toutes les importations agro-alimentaires.

Avec une frontière fermée depuis 20 ans, avec des populations et des Etats qui ne communiquent plus que par le biais de médias hostiles avec en toile de fond une crise économique et sociale qui s’installe, il est nécessaire et urgent d’apaiser les tensions.

A terme, la course aux armements sera nuisible aux économies du Maroc et de l’Algérie.

Elle ne fait qu’enrichir et développer les économies d’Etats et des sociétés étrangères qui tirent profit de la vente de ces armes de plus en plus sophistiquées et de plus en plus chères.

Ces milliards d’armements ne serviront pas à grand-chose dans l’hypothèse d’un conflit, puisque les grandes puissances (USA et Russie) feront tout leur possible pour arrêter ou maintenir le statu-quo jusqu’à l’épuisement des belligérants à l’image des conflits dans le monde arabe et le Moyen-Orient ces 40 dernières années.

Le Maroc et l’Algérie n’ont pas d’intérêts supérieurs, ni les moyens d’entretenir un climat de tensions permanentes qui peut dégénérer au moindre incident frontalier et/ou diplomatique le long de cette frontière de 1600 kms.

Dans les années 70, les Etats-Unis et l’URSS avaient eu le courage de mettre fin à la course aux armements nucléaires, grâce aux traités SALT (1972), SALT 2 (1979) et START (1991) qui permirent de réduire de 25% les arsenaux nucléaires des deux superpuissances.

Le Maroc et l’Algérie, les deux pays les plus stables du Maghreb, doivent tirer les enseignements des crises tunisienne et libyenne afin de contribuer ensemble à ce que le Maghreb reste une zone de paix et de fraternité dans l’intérêt des populations maghrébines et de mettre en commun leurs efforts et leurs ressources pour la construction d’une réelle union politique et économique du Maghreb.

Il faut du courage politique des deux côtés de la frontière car aucun des deux Etats marocain et algérien ne gagnera au jeu dangereux et destructeur de la course aux armements au Maghreb.

Rachid Nekkaz propose de créer un Comité de réduction des armements au Maghreb en y associant aussi des observateurs Mauritanien, Tunisien et Libyen.

Barak Allahou fikoum

Rachid Nekkaz

2 réflexions au sujet de « Réduction de 50% des achats militaires de l’Algérie et du Maroc »

  1. hhhhhhhhhhhhh vous êtes sérieux monsieur nekaz ? vous voulez affaiblir l’armée ? elle aura quoi l’anp apart des kalashnikov et encore …..!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *