2ÈME LETTRE DE RACHID NEKKAZ DE LA PRISON D’ EL ABIODH SIDI CHEIKH

La terre bénie d’ El Abiodh Sidi Cheikh

Salam, Azul, Bonjour,

Je souhaite partager avec vous un moment de l’histoire de cette Algérie qui résista à la colonisation par les armes.

La prison ou je suis enfermée se situe à El Abiodh Sidi Cheikh, ville qui le centre de la grande tribu des Ouled Sidi Cheikh. Des guerriers courageux et des hommes fiers.

A cette époque la tribu des Ouled Sidi Cheikh était sous le commandement de Cheikh Bouamama , combattant reconnu et un personnage mystique de la résistance algérienne qui infligea plusieurs défaites à l’armée française.

François Oscar de Négrier était un général français qui participa à des exactions en Algérie.

En 1881, ce militaire français à l’époque avec le grade de colonel détruisit le tombeau à coupole (koubba) du marabout Sidi ‘Abd el-Qader Ben Mohammed dit « Sidi Cheikh » mort en 1616.

Ensuite, il n’hésita pas à profaner la tombe de «Sidi Cheikh » en montrant à travers son geste sacrilège son mépris et la négation même de l’identité musulmane .Al-hamdou-lliah, ce saint homme « Sidi Cheikh » apporta la protection et la bénédiction d’Allah, puisque 81 ans plus tard en 1962 la France sera expulsée de El Abiodh Sidi Cheikh et de l’Algérie tout entière.

Même si je suis malade loin d’un hôpital pour me soigner et isolé dans une petite cellule qui donne sur une cour de 2 m sur 2m, je me réjouis d’être ici à El Abiodh Sidi Cheikh car c’est une terre de bénédiction divine « Baraka» ou Allah soutient les hommes courageux et sincères.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.