CONDAMNATION DES CARICATURES INSULTANTES ENVERS NOTRE PROPHETE ET DE L’ASSASSINAT DU PROFESSEUR D’HISTOIRE SAMUEL PATY

Lettre du 25 octobre 2020 de Rachid Nekkaz en prison.

Salam, Azul, Bonjour.

Chers concitoyens

Je vous écris de la prison de Koléa ou je suis incarcéré depuis 326 jours soit 10 mois et 21 jours.

Voilà un peu plus d’une semaine, monsieur Samuel Paty, un professeur d’histoire, dans un collège de banlieue en France dans la ville de Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines, a été décapité à la sortie de son établissement par un jeune musulman tchétchène radicalisé de 18 ans, Abdoullakh Anzorov, pour avoir montré à ses élèves les caricatures de Charlie Hebdo insultantes envers notre prophète Mohamed.

Je rejette tous acte de violence et de terrorisme, je tiens à condamner fermement ce crime terrible d’un père de famille car nulle cause ne saurait justifier une telle mort même si nous musulmans, nous percevons ces caricatures comme une provocation et une attaque.

En France, depuis loi 1905, l’État est séparé de l’Église. C’est la laïcité. Un musulman, un catholique, un bouddhiste, un protestant ou un juif, a normalement le droit d’exercer pleinement et librement sa religion s’il respecte ses devoirs de citoyen.

Je n’ai cessé de dire et d’écrire, ces dernières années, que depuis l’attentat du World Trade Center le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, la situation des musulmans ne cesse de se dégrader dans le monde et plus particulièrement en France ou la stigmatisation de la religion musulmane est de plus en plus importante dans les médias français.

C’est l’une des raisons de mon abandon en 2013 de la nationalité française.Malheureusement, le phénomène ne va pas s’arrêter en France, il ne va faire que s’amplifier.

En 2004 c’est l’interdiction du voile à l’école, en 2010 l’interdiction du voile intégral dans l’espace public, en 2016 l’interdiction du port du burkini dans plusieurs villes, suivi du débat sur la viande hallal, etc…

La France est touchée, depuis plus de 25 ans, par des attentats attribués à des musulmans et cela risque encore de se reproduire. Je crains que la France prenne des mesures de plus en plus radicales contre l’Islam sur son territoire sous prétexte de faire respecter « la laïcité ».

Je redoute que cela aboutisse petit à petit à l’interdiction de l’islam dans la Constitution française. il est a prévoir que les français et la communauté musulmane composée d’une majorité d’algériens vont se radicaliser.

L’affrontement n’est pas à exclure alors que les musulmans ne sont pas responsables des attaques des terroristes, il faut garder en tête que 82% des victimes du terrorisme islamiste dans le monde sont des musulmans. Les musulmans sont les premières victimes du terrorisme islamique.

C’est pour cela que les politiques doivent faire preuve de prudence dans les mots prononcés et ne pas envenimer les choses.

Le président français M. Emmanuel Macron a indiqué, ce mercredi 21 octobre, lors d’un discours que la France n’abandonnera pas les dessins et les caricatures.

Beaucoup de chefs d’État arabes et musulmans, le président turc en tête, monsieur Recep Erdoğan, ont condamné les paroles de monsieur Emmanuel Macron en indiquant que les caricatures sont insultantes envers le Prophète Mohamed et l’Islam, certains pays appellent au boycott des produits français.

Je condamne la réédition de ces caricatures qui sont un affront envers les musulmans et qui constitue une provocation inutile ainsi que tous les discours de haine en direction de la religion musulmane.

J’insiste sur l’importance de respecter toutes les religions et leurs symboles les plus sacrés.

Afin de lutter contre ce fléau mondial, je préconise rapidement la création d’une instance internationale indépendante afin de juger et de condamner toute personne, même s’il est chef d’un état, qui se rendrait coupable d’insulte envers une religion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.