LOURDES CONDAMNATIONS POUR LES MILITANTS DU HIRAK

Communiqué MJC du 24 septembre 2020.

À la suite des révélations de l’ancien Vice-Président de l’APN, Baha Eddine Tliba, sur les pratiques vénales et honteuses concernant l’élection de nombreux députés, les appels à la dissolution de l’Assemblée Nationale Populaire se multiplie à travers tout le pays.

Il y a quelques jours, Rachid Nekkaz en détention depuis 295 jours avait indiqué son souhait de déposer plainte si les députés du FLN et RND ne démissionnent pas collectivement d’ici le 10 octobre 2020.

Au regard des derniers informations, Rachid Nekkaz n’aura sûrement pas à déposer plainte si les déclarations récentes du président de la république monsieur Abdelmadjid Tebboune débouchent sur des actions tangibles et concrètes.

En effet, le chef de l’Etat monsieur Abdelmadjid Tebboune souhaite voir les citoyens approuver le projet de révision constitutionnelle en participant fortement au référendum du 1er novembre.

Ensuite une révision de la loi portant sur le régime électoral sera soumise au parlement pour donner naissance, si possible, à de nouvelles institutions élues avant la fin de l’année.

Pour résumé la parole présidentielle, la dissolution de l’Assemblée Nationale Populaire pourrait avoir lieu avant le 31 décembre 2020.

Il serait préférable que la libération des militants du mouvement de contestation (hirak) et la dissolution de l’assemblée nationale aient lieu avant le 1er novembre 2020 pour inspirer confiance si le chef de l’Etat monsieur Abdelmadjid Tebboune veut que le référendum ait des chances d’avoir un taux de participation conséquent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.