MANIFESTATION PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE À PARIS, LE SAMEDI 23 JANVIER 2021 POUR DEMANDER LA LIBÉRATION DE TOUS LES DÉTENUS POLITIQUES DU HIRAK DONT RACHID NEKKAZ.

Communiqué MJC du 16 janvier 2021

Cela fait 409 jours soit 1 an, 1 mois et 12 jours que Rachid Nekkaz est incarcéré à la prison de Koléa.

Depuis 9 mois et 11 jours Rachid Nekkaz est détenu illégalement car le renouvellement de sa détention provisoire devait avoir lieu dans un délai de quatre mois à partir de la date de son incarcération le 4 décembre 2019, soit le 4 avril 2020.

Ce renouvellement a été fait le 5 avril 2020 donc il y a vice de forme.

L’article 128 du code de procédure pénale interdit de prolonger un mandat de dépôt de façon rétroactive avec 24 heures de retard. Rachid Nekkaz devait être libéré dès le 05 avril 2020 mais il est maintenant devenu un OTAGE.

Après plus d’une année d’incarcération d’un Rachid Nekkaz, calme , patient et ayant espoir, que le droit ainsi que la raison l’emporteraient sur l’arbitraire et l’injustice. Maintenant la situation a changé.

La nouvelle stratégie du MJC est d’organiser de nombreuses actions concrètes à l’étranger et en Algérie, en partenariat avec d’autres structures du Hirak, pour créer une dynamique de terrain en mobilisant afin de demander la libération de tous les détenus d’opinions sans conditions et plus particulièrement de son président Rachid Nekkaz.

Le « Mouvement de la Jeunesse et du Changement » (MJC) présidé par Rachid Nekkaz organise en partenariat avec l’organisation « Rebuilding Algéria » cofondé par Karim Naït Ouslimane, UN RASSEMBLEMENT PACIFIQUE, PLACE DE L’HÔTEL DE VILLE 75004 PARIS, LE SAMEDI 23 JANVIER 2020 DE 13H À 19H pour demander la libération de tous les détenus politiques du HIRAK dont Rachid Nekkaz.

Après la manifestation prévue le mercredi 20 décembre devant l’ambassade des Etats-Unis, après celle du samedi 23 décembre devant l’hôtel de ville de Paris, plusieurs manifestations sont en préparation à l’étranger et en Algérie durant ces prochaines semaines dont une à Genève en Suisse, devant la Commission des droits de l’homme de l’ONU avec dépôt de plainte.

Nous demandons à l’ensemble des personnes en Algérie ou à l’étranger souhaitant la libération de tous ces prisonniers d’opinion du HIRAK de participer à ces actions de terrain afin de créer une dynamique pour exercer une véritable pression sur le président de la république et son gouvernement mais aussi sur ceux qui dirigent vraiment l’Algérie en coulisse.

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz.
http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…/

STRATÉGIE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX ET DANS LES MÉDIAS POUR RÉDUIRE L’IMPACT DE RACHID NEKKAZ

Communiqué MJC du 14 janvier 2021.

Comme vous pouvez le constater sur l’image ci-dessous sur Facebook de Rachid Nekkaz, durant ces 28 derniers jours, du 17 décembre 2020 au 13 janvier 2021, 2 663 288 personnes ont été touchées par les publications, plus de 1 118 515 interactions et 8 232 mentions j’aime supplémentaires.

Malheureusement, nous constatons, que mois après mois, la page de Rachid Nekkaz subit des pertes. Malgré de nouveaux adhérents tous les mois, le compte Facebook de Rachid Nekkaz est victime depuis de nombreuses années de piratage. Il est toujours plafonné à 1,7 à 1,8 millions de personnes depuis 2016.

Il est clair qu’il y a une STRATÉGIE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX POUR RÉDUIRE L’IMPACT DE RACHID NEKKAZ Vient se rajouter à cela, un BOYCOTT des dernières lettres de Rachid Nekkaz rédigées en prison, partiellement dans les médias algériens et totalement à l’étranger.

Cette situation de marginalisation médiatique de Rachid Nekkaz est la conséquence de son statut de principal initiateur du Hirak et de son combat contre la corruption. Mais surtout pour avoir tenue en échec la stratégie de TOTAL et de ses relais dans la mafia des 40 voleurs pour contrôler 50% du pétrole algérien.

Rachid Nekkaz paye durement ses engagements, la France et ses complices, font partie des principaux acteurs de cette « VENDETTA ».

Malheureusement, peu de personnalités politiques, publiques ou des médias en Algérie se mobiliseront car la majorité sont des « VENDUS » ou des « FROUSSARDS ».Il faudra compter dans les prochaines semaines sur la mobilisation des militants et des citoyens algériens lors de manifestations pour corriger cette « INJUSTICE ».

En effet, parmi tous les prisonniers d’opinions et politiques durant ces dernières années, y a-t-il eu un militant qui a eu autant d’honnêteté et de courage pour dénoncer les dérives du système ainsi que les réalités et les dysfonctionnements dans l’univers des prisons.

Mais aussi pour dire ces 4 vérités au ministre de « l’injustice » le dénommé ZEGHMATI tout en étant incarcéré.

En cherchant bien, peu de personnes sont à la hauteur du militant Rachid Nekkaz et cela est une VÉRITÉ.

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz.http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…/

RÉPONSE DE RACHID NEKKAZ AU COMMUNIQUÉ DU DÉNOMMÉ BELKACEM ZEGHMATI EN DATE DU 13 DÉCEMBRE 2020. ULTIMATUM DE 48H AVEC DÉPOT DE PLAINTE.

Lettre de Rachid Nekkaz de la prison de Koléa (Algerie) en date du 12 janvier 2021.

J’ai attendu le 405 ème jour de prison pour réagir à votre réponse diffusée en direct au journal de 20h, le dimanche 13 décembre 2020.

Je la trouve insultante et dégradante pour tous les professionnels honnêtes du droit (avocats, juges, magistrats, procureurs, juristes, …) qui savent tous qu’aucun pays au monde n’autorise la prolongation d’un mandat de dépôt avec 24h de retard.

Ma détention arbitraire est aussi véridique que 2+2 = 4 et non pas 5, c’est une vérité absolue. Ce n’est pas un débat d’opinion mais une vérité juridique irréfutable.

L’actualité m’a donné raison de patienter 30 jours, en effet lors de ce moment avec une forte tension digne d’un scénario « HITCHCOCKIEN « , un ancien ministre de la défense a révélé au grand jour votre absence totale de crédibilité et d’autorité en « PISSANT  » littéralement sur votre mandat d’arrêt international dans le cadre d’un procès pour complot contre l’autorité de l’état et de l’armée.

Cet ancien ministre de la défense s’est payé le luxe de vous ridiculiser devant l’opinion publique algérienne et mondial, lors de son arrivée triomphale à l’aéroport, le 11 décembre 2020, en avion présidentiel avec un accueil solennel des officiels et le salut militaire de la part des officiers de l’APN.

Sous votre patronage, la justice algérienne est devenue une jungle, où règne la loi du plus fort, où les faibles sont détruits, brisés et broyés par le système judiciaire algérien.

Si vous aviez un code d’honneur ou simplement un soupçon d’honneur, vous auriez aussitôt démissionné. Mais apparemment cette qualité de l’honneur spécifiquement réservée aux hommes de valeur n’est pas la vôtre. Le vent d’hiver l’a déjà soufflé avant même de vous laisser le temps d’y penser.

Après celui de Chakib KHELIL, c’est votre mandat d’arrêt international qui a fini dans les toilettes du ministère de la justice. Permettez-moi de vous dire que cela commence à faire tâche sur votre curriculum vitae, passons…

Pourtant en 2013, le « ZEGHMATI procureur général », semblait être un homme courageux et admirable.

En revanche depuis 2019, le « ZEGHMATI ministre », est devenu scabreux et condamnable. Grisé par l’ivresse du pouvoir, il a pris goût à jouer toute la gamme des actes arbitraires. En prenant, jour après jour, des libertés dans l’application des lois avec comme résultat final une atteinte aux droits et libertés que garantissent la Constitution et le code de procédure pénale.

En effet, je suis arrivé à la conclusion que vous avez commencé une carrière de « DÉLINQUANT CONSTITUTIONNEL » le 1er août 2019, date de votre nomination, en violant les articles 102 et 104 de la constitution de 2016. Ces articles interdisent à un chef de l’Etat par intérim (Abdelkader BENSALAH) de modifier la constitution et de remanier un gouvernement. Vous ne pouviez pas ignorer que votre nomination en qualité de ministre de la Justice et Garde des sceaux, était anticonstitutionnelle, illégale et illégitime.

Et pourtant vous l’avez acceptée, vous avez donc violé sciemment et en toute connaissance de cause la constitution de notre pays et ce pendant 5 mois jusqu’à votre nomination légale, le 4 janvier 2020, en qualité ministre de la Justice et Garde des sceaux sous le gouvernement Abdelaziz DJERAD.

Cela étant dit, durant ces 5 mois d’exercice illégal de la fonction de ministre, tous les salaires que vous avez perçus du trésor public, toutes les nominations des juges et des procureurs que vous avez actés, toutes les condamnations prononcées par les magistrats nommés par vous, toutes les augmentations de salaires que vous avez décidés, sont nuls et non avenus.

D’ailleurs ses hausses de salaires ont été réalisées en réduisant le budget alimentaire des prisonniers, des économies faites sur leur dos. Détenus que vous avez affamés comme des chiens.

Ces augmentations vous ont permis de compromettre certains juges afin qu’ils rendent des condamnations entraînant l’emprisonnement de 300 détenus d’opinion.

Selon la loi algérienne, toutes vos décisions durant cette période de 5 mois sont illégales sans aucune contestation possible.

Par ailleurs, vous êtes en infraction avec la justice de notre pays et les chefs d’accusation à votre encontre sont les suivants :

·        Usurpation d’un poste ministériel.

·        Abus de pouvoir.

·        Abus de bien sociaux.

·        Corruption politique passive.

·        Vol en bande organisée.

·        Association de malfaiteurs.

·        Utilisation illégale de la force publique avec agression physique pour briser un mouvement de grève des magistrats.

·        Torture morale et psychologique (Isolement carcéral total de du détenu Rachid Nekkaz pendant 8 mois).

Pour la majorité des citoyens algériens qui ne sont pas expert en droit cela signifie que vous avez volé le trésor public, trahi la confiance du peuple et violé la mémoire de nos martyres qui ont sacrifié leurs vies pour que l’Algérie soit un état de droit.

Dans le coran on coupe la main aux voleurs. Dans le code pénal algérien, on les met en prison.

Dieu vous a fait petit, ce n’est pas un défaut. Napoléon Bonaparte avait une petite taille mais il a laissé une grande œuvre copiée et adoptée par le monde entier y compris l’Algérie, il s’agit du code civil mis en place en 1804 et du code pénal en 1810.

Code de procédure pénal algérien que vous avez utilisé pour emprisonner le petit peuple ainsi que les détenus d’opinions et politiques, ce qui représente un nombre de 300 prisonniers en 20 mois.

On ne devient pas un grand homme en écrasant de simples citoyens et des concurrents politiques potentiellement gênants pour les prochaines élections

L’exemple malheureux et édifiant de votre acolyte et prédécesseur au ministère de la justice, de décembre 1999 à juin 2002, Ahmed OUYAHIA, devrait vous faire réfléchir.

En effet, ceux qui écrasent injustement leur peuple finissent tôt au tard par se faire écraser à leur tour, c’est ce que nous enseigne l’Histoire.

Par conséquent, je vous laisse 48h pour rembourser immédiatement les mois de salaires perçus indûment, soit une somme totale de 400 millions de centimes.

Dans le cas contraire, mes avocats déposeront une plainte contre vous, le 14 janvier 2021, devant la cour suprême, soit 5 jours après avoir soufflé la bougie de mon 49ème anniversaire dans ma cellule, ce sera en quelque sorte mon cadeau d’anniversaire.

Rachid Nekkaz

Otage politique

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz.

http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…/

LE PRESIDENT TEBBOUNE DOIT LIBERER TOUS LES PRISONNIERS DU HIRAK POUR LEUR CONTRIBUTION À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

Communiqué MJC du 5 janvier 2021.

Le Président TEBBOUNE a ordonné l’ouverture d’une enquête sur l’affaire d’importation de 30 000 tonnes, soit 30 millions de kg, de blé avarié de Lituanie.

Cette affaire de fraude remonte au 10 novembre 2020 lors d’une inspection des contrôleurs du OAIC. Les analyses à la suite de ce contrôle ont révélé que les graines étaient toxiques et dangereuses à la consommation.

L’Office Algérien Interprofessionnel des Céréales (OAIC) est le principal importateur de céréales en Algérie et en charge de l’achat d’au moins 3 Milliards de dollars par an de céréales à l’étranger.

Cet office qui gère des fonds financiers est l’objet depuis plusieurs années de nombreux scandales. Le directeur Abderrahmane Bouchahda de OAIC a été limogé en novembre 2020 après avoir été nommé en septembre 2019 en remplacement de Mohamed Belabdi.

Ensuite monsieur Belabdi a été limogé le 10 juillet 2019 à la suite de problèmes de fausses déclarations et factures issues de plusieurs dizaines de minoteries du pays.Il semble que le directeur Abderrahmane Bouchahda a obtenu ce poste grâce à sa proximité avec le défunt général Ahmed Gaid Salah puisqu’il est le neveu de sa femme et proche des enfants de Ahmed Gaid Salah qui sont ses cousins maternels.

Depuis l’élection du président TEBBOUNE pour une NOUVELLE ALGERIE, nous voyons malheureusement l’apparition de nouvelles affaires sordides alors aucune somme d’argent détournée ces derniers années par la mafia des 40 voleurs n’a été récupérée.

Les pouvoirs publics souhaitent communiquer sur des opérations de lutte contre la corruption et les magouilles, alors que la majorité des prisonniers d’opinion qui ont dénoncé cette corruption et contribué au travers de leurs actions citoyennes à l’émergence HIRAK sont toujours en prison.

Cette posture est contradictoire et peu crédible.

Afin que le président Tebboune soit crédible dans sa lutte contre la corruption, il doit libérer immédiatement tous les prisonniers d’opinion du Hirak qui ont contribué, chacun à leur manière, à la lutte contre la corruption.

LES CAS de RACHID NEKKAZ

Communiqué MJC du 04 janvier 2021

Le général à la retraite Ali Ghediri, candidat à l’élection présidentielle d’avril 2019, est incarcéré depuis juin 2019.

Ali Ghediri a servi l’armée pendant 42 ans et il était considéré, avant sa mise en retraite, comme un membre de l’élite de l’armée algérienne.

Ali Ghediri est officiellement inculpé d’atteinte au « moral de l’armée », accusation qu’il sera difficile de prouver au regard de son parcours dans l’armée.

Par ailleurs, sa famille compte plusieurs officiers de l’APN sur plusieurs générations.

Rachid Nekkaz et Ali Ghédiri ont plusieurs points en commun qui portent à l’interrogation.

1/ Rachid Nekkaz est détenu depuis plus de 12 mois et Ali Ghédiri depuis plus de 16 mois dans la même prison de Koléa.

2/ Rachid Nekkaz et Ali Ghédiri sont les 2 opposants politiques qui n’ont toujours pas de date de procès de prévue et que les différentes juridictions ne sont pas pressées de programmer.

3/ Rachid Nekkaz et Ali Ghédiri ont été les deux seuls candidats à avoir déposé un dossier complet avec plus de 60.000 parrainages de citoyens, au conseil constitutionnel, en mars 2019, pour la présidentielle d’avril 2019. Quelques jours plus tard le président Bouteflika démissionnait.

4/ Rachid Nekkaz a déposé plainte contre Ahmed Gaïd Salah et Ali Ghediri a tenu tête à Ahmed Gaïd Salah.


Il semblerait que la situation de Ali Ghediri risque de s’arranger dans les prochaines semaines puisque celle de son ex-patron s’arrange.

En espérant que l’opposant politique Ali Ghediri, lorsqu’il sera libéré, fasse son possible pour contribuer à la libération de tous les prisonniers du Hirak.

Car comme eux, Ali Ghediri a partagé le quotidien des prisonniers du Hirak, son incarcération pour des raisons politiques l’a rendu un peu plus populaire auprès des algériens que ses homologues généraux de l’ANP.

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz.
http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…/

LA STRATÉGIE DU DÉNOMMÉ ZEGHMATI: PAS DE LIVRES DE DROIT POUR LES PRISONNIERS.

Message de Rachid Nekkaz de la prison de Koléa le 03 janvier 2021

Le dénommé Belkacem ZEGHMATI, ministre de la justice a donné l’ordre au directeur de la prison de Koléa d’interdire aux 4 000 prisonniers de ne pas lire à la bibliothèque des livres juridiques et de ne pas les emprunter pour les lire dans leurs cellules.

Des livres de droit comme le code civil, le code pénal, le code de procédure pénal, le code de l’organisation pénitentiaire ainsi que la constitution.

Démarche scandaleuse et inadmissible dont l’objectif principal est d’empêcher des prisonniers d’opinion d’avoir accès à des livres juridiques pour mieux se défendre devant les juridictions algériennes ou les juridictions internationales telles que : La cour internationale de justice, la cour pénale internationale et la cour européenne des droits de l’homme.

SE DÉFENDRE EST UN DROIT.

En résumé, la stratégie du dénommé Zeghmati est de contrôler et de limiter les démarches juridiques des prisonniers du Hirak, en ayant aucun livre de droit à mettre à leur disposition afin de les maintenir en prison le plus longtemps possible.

Les seules choses que les prisonniers ont le droit de consommer ce sont les lentilles, les haricots et le pouvoir arbitraire du dénommé ZEGHMATI qui malheureusement ne tient pas compte des lois algériennes.

L’arbitraire est devenu la « BIBLE » du dénommé ZEGHMATI.

Par ailleurs, Rachid Nekkaz remercie toute la communauté des avocats algériens qui sont les seuls à donner aux prisonniers des conseils juridiques pour combattre cette dictature qui ne respecte ni dieu, ni les lois humaines.

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz.

ACQUITTEMENTS DE SAÏD BOUTEFLIKA ET DE GÉNÉRAUX

Communique MJC du 02 Janvier 2021.

Monsieur Said Bouteflika, le général Mohamed Mediène alias « Toufik », le général Athmane Tartag, ainsi que la communiste Louisa Hanoune avaient été arrêtés en mai 2019 et condamnés en septembre 2019 à 15 ans de prison pour «complot contre l’autorité de l’Etat et de l’armée».

Selon l’agence de presse officielle APS, une cour d’appel militaire vient d’acquitter aujourd’hui, ce samedi 2 janvier, le frère de l’ex-président, Saïd Bouteflika et les deux généraux en charge du renseignement, Mohamed Mediène et Athmane Tartag.
Il est difficile de savoir ce qui se cache derrière ces acquittements.

Nous pouvons supposer que c’est un début de règlement des lourds contentieux entre les différents clans du pouvoir afin de constituer un FRONT COMMUN pour régler les nombreuses crises en interne dans le pays et à l’international.

Après ces acquittements, il sera difficile pour les pouvoirs publics de justifier de l’incarcération de l’ensemble des militants du Hirak dont Rachid Nekkaz, qui ne sont que des prisonniers d’opinion pacifiques qui n’ont jamais commis de délits ou de crimes.

Bien au contraire, ces militants ont contribué a travers leur engagement à dénoncer les dérives du système et à favoriser l’émergence d’une Algérie meilleur.

Par conséquent, Rachid Nekkaz et tous les militants du Hirak emprisonnés doivent être immédiatement remis en liberté.

Cliquer sur lien ci-dessous pour soutenir la libération de Rachid Nekkaz
http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…

ANNEE 2021 : ANNEE SANS PEUR

Lettre Rachid Nekkaz de la prison de Koléa le 01 Janvier 2021.

Rachid Nekkaz souhaite au peuple algérien une année 2021 de guérison sans coronavirus ainsi qu’une année de liberté sans dictature.

Le coronavirus a bouleversé la vie de beaucoup de nos concitoyens et plongé de nombreux algériens dans la souffrance et le chagrin. La pauvreté et les inégalités sociales sont en hausse en Algérie.

Par ailleurs, lorsque la liberté d’expression et la liberté d’opinion sont proscrites dans un pays. Que la violence d’État règne avec le concours des forces militaires et policières en charge de la répression. Qu’il n’y a pas place pour la moindre opposition réelle et pour les droits de l’homme. Alors ce pays est une dictature.

A partir de sa cellule N°85 de la prison de Koléa, Rachid Nekkaz décrète que l’année 2021 sera une année où la peur doit être bannie.

La peur doit être interdit dans les « Cœurs » des 45 millions d’Algériens pour écrire un NOUVEAU CHAPITRE GLORIEUX du pays de Larbi BEN M’HIDI et de Hassiba BEN BOUALI.

Rachid Nekkaz

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz
http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…/

AIDE D’URGENCE DE 6 MILLIARDS DE CENTIMES POUR LE BUDGET ALIMENTAIRE ET SANITAIRE DE LA PRISON

Lettre pour le dénommé Belkacem ZEGHMATI, ministre de la Justice à la prison de Koléa le 30 décembre 2020.

OBJET: RACHID NEKKAZ EST EN ATTENTE DU NUMÉRO DE COMPTE POSTAL DE LA PRISON DE KOLÉA AFIN DE FOURNIR UNE AIDE D’URGENCE DE 6 MILLIARDS DE CENTIMES POUR LE BUDGET ALIMENTAIRE ET SANITAIRE DE LA PRISON.

Aujourd’hui, sept (7) jours se sont écoulés depuis la lettre que je vous ai envoyée.

Je suis toujours à l’intérieur de ma cellule d’isolement, attendant le numéro de compte postal de la prison de Koléa pour vous envoyer 6 milliards de centimes d’aide alimentaire et sanitaire.

L’objectif de cette aide est d’empêcher la destruction des 4000 prisonniers de mort lente et de famine pendant l’hiver froid.
Comme cela s’est produit avec les Éthiopiens dans les années 1980 et les Somaliens dans les années 1990.

J’envisage d’accorder cette aide au Fonds de solidarité sociale.

Il est impératif de ne pas être gêné pour répondre et je ne vous demande pas de me remercier.

« Merci mille fois car je ne suis pas un général ».

Je ne suis qu’un simple citoyen algérien qui croit en Dieu et à la valeur sacrée de l’être humain que Dieu Tout-Puissant a honoré, qu’il soit libre, emprisonné ou otage.

Cliquer sur lien ci-dessous pour libération de Rachid Nekkaz
http://nekkaz-mjc.com/appel-pour-la-liberation-immediate…/

LE PRÉSIDENT TEBBOUNE EST MORT POLITIQUEMENT

« L’Algérie n’est pas un jeux vidéo qu’on pilote à distance à partir de l’étranger via des messages sur twitter ».

Lettre d’une vérité politique de l’otage Rachid Nekkaz.

Ce n’est pas un crime de dire la vérité au peuple algérien à l’approche de la nouvelle année.

Le Coran lui-même nous invite à la recherche de la vérité et de la patience.

 » وتواصوا بالحق و تواصوا بالصبر »

Ce n’est pas un crime de faire le constat constitutionnel, après deux mois d’absence totale d’images, que le président TEBBOUNE est mort politiquement.

La dernière vidéo du président Abdelmadjid TEBBOUNE diffusé le 13 décembre 2020 sur son compte twitter est très inquiétante pour l’ensemble des algériens.

Le peuple algérien ne peut tolérer et laisser un homme gravement malade affaiblir la Nation en restant à la tête du plus grand pays d’Afrique et de la deuxième puissance militaire du continent.

En effet, le véritable courage politique du président Abdelmadjid TEBBOUNE est de comprendre que son état de santé ne lui permet plus d’assurer les plus hautes fonctions du pouvoir exécutif de l’Etat algérien et que démissionner est la seule option réaliste et acceptable pour le peuple algérien.

En effet, il doit abandonner son poste comme l’ont fait ses deux prédécesseurs :  Le président Liamine ZÉROUAL, le 11 septembre 1998, lorsque des tensions importantes dans le système l’amène à donner sa démission et à organiser l’élection présidentielle anticipée de février 1999. Ainsi que le président Abdelaziz BOUTEFLIKA, le 02 avril 2019, obligé de démissionner à la suite de gigantesques manifestations regroupant des millions d’algériens qui mettront fin à plus de 20 années de pouvoir.

Il faut se souvenir que dans les années 1980, la dictature communiste de l’Union soviétique a connu la même situation catastrophique avec 3 dirigeants malades qui empêchèrent toute réforme économique et sociale en profondeur de l’URSS : Léonid BREJNEV avait fait plusieurs infarctus et il mourra en novembre 1982, Iouri ANDROPOV de novembre 1982 à février 1984 qui passa les 8 derniers mois de sa vie à l’hôpital et pour finir Konstantin TCHERNENKO de février 1984 à mars 1985, période qu’il passa entièrement à l’hôpital avant de mourir.

L’Algérie mérite d’avoir un président non diminué physiquement, disponible sur le terrain 24h/24h à l’image du dirigeant Russe Mikhaïl GORBATCHEV, qui en 1985 à l’âge de 54 ans dirigea la deuxième superpuissance de l’époque afin de mener les réformes prioritaires qui étaient l’économique, le social, la démocratisation et la transparence.

Un président relativement jeune pour l’Algérie est aujourd’hui une obligation pour mener sur la durée les réformes nécessaires pour sortir notre pays de cette crise et pour de ne plus mettre des militants politiques ainsi que des journalistes en prison.

Ce n’est pas un crime d’avouer aux 45 millions d’algériens que ni le pouvoir, ni l’opposition ne sont prêt à organiser et à participer à des élections dans les 90 jours.

Le 12 décembre 2020, le premier ministre, Abdelaziz DJERAD, a reconnu lui-même que notre pays traverse une crise sociale, économique et politique.

Etant donné ces conditions, ce n’est pas un crime de suspendre provisoirement la constitution et de former dès janvier 2021 un « GOUVERNEMENT DE TRANSITION » dans un esprit d’union nationale pour une durée de 12 mois

Dès 2022, nous pourrons élire un président en bonne santé et opérationnel à 100% pour mener les réformes politiques, sociales et économiques nécessaires pour relever les défis de l’Algérie de demain.

En 2015, 4 ans avant le déclenchement du HIRAK, j’étais le seul à avoir eu le courage de déclarer sur la chaîne de télévision Echorouk TV avec Kada BENAMAR que « le président BOUTEFLIKA est mort politiquement ».

En 2020, du fond de ma cellule de la prison de Koléa telle la « caverne de Platon » j’ai l’obligation d’éclairer mes concitoyens et le même courage de dire publiquement que « LE PRÉSIDENT TEBBOUNE EST MORT POLITIQUEMENT ».

Car j’ai une seule philosophie inspirée du défunt président BOUDIAF qui disait que ceux qui ont confisqué l’indépendance de l’Algérie ont fini par plonger le pays dans la plus sombre incertitude et que le plus important c’est « L’ALGERIE AVANT TOUT »

Les hommes meurent seule la vérité reste éternelle.

Le 27 décembre 2020.

Rachid Nekkaz Otage Politique