DEMANDE DE REMISE EN LIBERTE PROVISOIRE : VICE DE FORME

Communiqué MJC du 20 octobre 2020

Une conférence de presse a été organisée aujourd’hui avec le collectif d’avocats, composé de maitre Abdelkadir CHOHRA, maître Zoubida ASSOUL maître Yacine KHELIFI, qui s’occupe du dossier de Rachid Nekkaz.

Une demande de remise en liberté de Rachid Nekkaz a été déposée hier, le lundi 19 octobre 2020, auprès du tribunal.

Rachid Nekkaz a donné de ses nouvelles. Il se porte très bien et le moral est bon. Il est très bien traité par les autorités pénitentiaires.

Rachid Nekkaz salue les gens qui s’inquiètent pour lui ainsi que tous ceux qui demandent après lui. Il passe ses journées à lire et à écrire.

Rachid Nekkaz est incarcéré depuis plus de 10 mois à la prison de Koléa. Pour la 1ère fois, il a accepté que ses avocats déposent une demande de remise en liberté provisoire.

En effet durant son incarcération, à chaque fois qu’un avocat voulait déposer une demande de libération provisoire, Rachid Nekkaz a toujours refusé. Il ne voulait pas qu’on s’apitoie sur son sort car il estime que son affaire n’est pas judicaire mais politique.

Les circonstances ont changé car il y a « vice de forme ». L’arrêt permettant de renouveler la détention provisoire de Rachid Nekkaz  a été déposé avec 1 jour de retard donc juridiquement et pas la force de la loi Rachid Nekkaz devrait être libéré.

COMMEMORATION DU MASSACRE DES ALGERIENS A PARIS LE 17 OCTOBRE 1961.

Communique MJC du 17 Octobre 2020

Le 17 octobre 1961, 30 000 Algériens, hommes, femmes et enfants, manifestent à l’appel du FLN.

L e préfet de police de l’époque, Maurice Papon, réprime très brutalement la manifestation pacifique, résultat plus de1000 morts. De 1978 à 1981, il deviendra ministre du président Giscard.

Depuis 1990 début de son engagement militant, Rachid Nekkaz a toujours commémoré, chaque année, cet événement tragique pour la mémoire et contre l’oubli de tous ces martyrs.Les militants du MJC seront présentés, ce 17 octobre 2020 à 17h au pont saint-michel à Paris, pour commémorer cet événement dramatique.

Mais aussi pour représenter le président du MJC, Rachid Nekkaz, initiateur du Hirak et aujourd’hui incarcéré depuis 318 jours à la prison de Koléa.https://facebook.com/events/s/commemoration-du-massacre-des-/1050013878770459/?ti=icl

DATE ANNIVERSAIRE : DIX ANS LOI INTERDISANT LE PORT DU VOILE DANS ESPACE PUBLIC

Salam, Azul, Bonjour

Aujourd’hui le 10 octobre 2020, cela fait dix ans que la France a imposé une loi interdisant le port du voile intégral (niqab) dans l’espace public.A l’instar de la France de nombreux pays européens ont décidés par la suite d’adopter les mêmes lois discriminantes en direction des musulmanes.

Rachid Nekkaz a été le premier à s’opposer à cette loi et à la considérer comme une atteinte à la liberté religieuse.

Depuis le début de l’application de cette loi, Rachid Nekkaz a décidé d’être l’avocat de ces femmes voilées discriminées.

En 2018, la France est condamnée par le Comité des droits de l’Homme de l’ONU, qui réunit 18 experts indépendants, pour cette loi sur l’interdiction du voile intégral.

M. Rachid Nekkaz a payé plus de 1 538 amendes infligées à des femmes musulmanes en France, en Belgique, en Suisse, aux Pays-Bas, en Autriche et en Allemagne.

Pour cela il a créé un fonds de solidarité à cet effet d’un montant d’un million d’euros.

Rachid Nekkaz se trouve aujourd’hui à la prison de Koléa, il est un symbole de liberté et de paix dans le monde.

LOURDES CONDAMNATIONS POUR LES MILITANTS DU HIRAK.

Communiqué MJC du 30 septembre 2020.

Le tribunal de Bordj Bou Arreridj a condamné, ce dimanche 27 septembre 2020, un militant du Hirak , Brahim Laalami à trois ans de prison ferme pour un total de sept affaires parmi lesquelles : publications sur les réseaux sociaux portant atteinte à l’ordre public, incitation à attroupements, non-respect du confinement sanitaire, …

En effet, Brahim Laalami a été de nouveau interpellé le 8 septembre 2020 alors qu’il avait été libéré quelques jours avant. Il a été condamné en juillet 2020 à 18 mois de prison ferme pour ses actions en faveur du Hirak.

Il semble que les pouvoirs publics ciblent depuis plusieurs mois des journalistes, des militants, des opposants politiques afin de prévenir d’une reprise du Hirak.

Rachid Nekkaz estime que ces lourdes condamnations sont scandaleuses et non acceptables.

Le président de la République Abdelmadjid Tebboune doit comprendre que ce genre d’initiative n’empêchera pas , après la fin de l’épidémie du covid-19, le retour du Hirak avec ses principales revendications.

L’une des solutions pour sortir de cette crise est l’établissement d’un dialogue sincère et constructif avec toutes les composantes du Hirak.

Trente et un ans après l’ouverture démocratique de l’ancien président Chadli Bendjedid, les algériens réclament toujours la démocratie, l’ouverture politique, l’arrêt de la répression, la libération des prisonniers politiques, la libération des détenus d’opinion, la liberté de l’information, la fin de l’instrumentalisation de la justice, la fin de la corruption, la condamnation des corrompus, le retour de l’argent public détourné et la fin du bradage des richesses de l’Algérie.

Rachid Nekkaz en prison depuis 300 jours est le principal initiateur du Hirak et l’un des acteurs politiques qui a le plus contribué à libérer la parole des algériens.

LUTTER CONTRE L’EXPLOITATION DU GAZ DE SCHISTE EN ALGERIE ET POUR L’ENVIRONNEMENT

Communiqué MJC du 26 septembre 2020

Ce dimanche 27.09.2020 à Paris, départ 12h Place de la République

Depuis plusieurs années des citoyens et de nombreuses organisations luttent dans le monde pour que des mesures urgentes soient prises par les gouvernements afin de contrer les changements climatiques.

Dans le cadre de la semaine mondiale d’action pour le climat du 20 au 27 septembre 2019, le MJC présidé par Rachid Nekkaz et l’association ADNA présidé par Hocine Yahiaoui ont décidé d’organiser à Paris ce dimanche 27 septembre 2020 une randonnée à vélo à partir de 12h place de la République pour l’environnement.

Cette manifestation à vélo a pour objet de dénoncer l’exploitation du gaz de schiste dans le sud de l’Algérie qui pollue la nappe de l’Albien. Elle est la plus grande réserve d’eau douce au monde et contient plus de 50 000 milliards de mètres cubes d’eau douce.

Rachid Nekkaz a été l’un des acteurs les plus actifs durant ces dernières années pour insuffler aux algériens la nécessité de se mobiliser pour l’environnement et contre l’exploitation du gaz de schiste.

Ce défi des générations futures doit être une priorité en Algérie.(Paris : Manifestation à vélo dimanche 27 septembre, départ 12h Place de la République contre l’exploitation du gaz de schiste en algérie et pour l’environnement)

LOURDES CONDAMNATIONS POUR LES MILITANTS DU HIRAK

Communiqué MJC du 24 septembre 2020.

À la suite des révélations de l’ancien Vice-Président de l’APN, Baha Eddine Tliba, sur les pratiques vénales et honteuses concernant l’élection de nombreux députés, les appels à la dissolution de l’Assemblée Nationale Populaire se multiplie à travers tout le pays.

Il y a quelques jours, Rachid Nekkaz en détention depuis 295 jours avait indiqué son souhait de déposer plainte si les députés du FLN et RND ne démissionnent pas collectivement d’ici le 10 octobre 2020.

Au regard des derniers informations, Rachid Nekkaz n’aura sûrement pas à déposer plainte si les déclarations récentes du président de la république monsieur Abdelmadjid Tebboune débouchent sur des actions tangibles et concrètes.

En effet, le chef de l’Etat monsieur Abdelmadjid Tebboune souhaite voir les citoyens approuver le projet de révision constitutionnelle en participant fortement au référendum du 1er novembre.

Ensuite une révision de la loi portant sur le régime électoral sera soumise au parlement pour donner naissance, si possible, à de nouvelles institutions élues avant la fin de l’année.

Pour résumé la parole présidentielle, la dissolution de l’Assemblée Nationale Populaire pourrait avoir lieu avant le 31 décembre 2020.

Il serait préférable que la libération des militants du mouvement de contestation (hirak) et la dissolution de l’assemblée nationale aient lieu avant le 1er novembre 2020 pour inspirer confiance si le chef de l’Etat monsieur Abdelmadjid Tebboune veut que le référendum ait des chances d’avoir un taux de participation conséquent.

PRISON DE KOLEA : DROIT DE VISITE AUTORISE

BONNE NOUVELLE.

Rachid Nekkaz est incarcéré au centre pénitencier de Koléa depuis plus de 9 mois.Aujourd’hui son frère a été autorisé à le rencontrer.

Cela fait plus de 6 mois que Rachid Nekkaz n’avait pas reçu la visite d’un membre de sa famille, restriction dû à l’épidémie du covid-19.

Rachid Nekkaz se porte très bien, il a un bon moral et un esprit toujours aussi combatif d’après son frère.

Il est informé de tout évènement politique ou lié au mouvement de contestation en Algérie.

Il adresse ses salutations à tous les sympathisants et aux militants qui se mobilisent pour sa libération et qui laissent de plus en plus de commentaires positifs et pertinents sur sa page Facebook.

En effet, ces messages sont importants car ils sont suivis par de nombreuses personnes, ils sont des indicateurs que le Hirak est toujours actif plus de 1an et demi après son déclenchement.

Par ailleurs, dans cette prison de Koléa, Rachid Nekkaz a pu échanger à plusieurs reprises avec le journaliste algérien Khaled Drareni qui lui aussi a se porte bien physiquement.

JUGE INSTRUCTION LIMOGÉ ET INCULPÉ POUR AVOIR ANNULÉ LE MANDAT D’ARRÊT INTERNATIONAL DE CHAKIB KHELIL

Communiqué MJC du 18 septembre 2020.

La cour d’Alger avait lancé le 12 août 2013 un mandat d’arrêt international contre l’ex-ministre de l’Energie et des mines Chakib Khelil, sa femme et ses deux enfants ainsi que d’autres personnes impliquées dans l’affaire dite Sonatrach 2.

Un juge d’instruction de la 9ème chambre du pôle pénal du tribunal de Sidi-M’hamed a été récemment limogé et inculpé pour avoir annulé le mandat d’arrêt international lancé contre Chakib Khelil et les membres de sa famille.

Le juge ainsi que le procureur général ont été déchargés de ce dossier, ils avaient également en charge le dossier de Kamel Chikhi  alias Kamel el Bouchi, importateur de viande et promoteur immobilier, accusé d’avoir importé 701 kg de cocaïne et d’être impliqué dans plusieurs affaires importantes de corruption. 

Lors de son interrogatoire, le juge a indiqué aux enquêteurs qu’il avait reçu des ordres de Tayeb Louh, ministre de la justice en activité de 2013 à 2019 et actuellement incarcéré.

Il est à parier que peu de gens en Algérie vont se lamenter sur le sort de ce juge dont sa mission première était d’accomplir tous les actes utiles à la manifestation de la vérité. C’est un exemple qui devrait faire réfléchir certains juges appelés à juger prochainement des journalistes et des militants innocents.

Rachid Nekkaz a été le tout premier a dénoncer Chakib Khelil, il a mené de nombreuses actions contre lui dont l’une des premières a permis de faire capoter la visite Chakib Khelil dans une zaouïa de Aïn-Merane, lorsque l’ex-ministre de l’énergie se voyait comme un possible présidentiable. Rachid Nekkaz est celui qui a le plus contribué à la chute de Chakib Khelil.

Ce qu’il faut principalement retenir dans toutes ces affaires c’est que la CORRUPTION EST DEVENUE UNE ARME DE DISSUASION PERMETTANT DE MAINTENIR UN ÉQUILIBRE DANS LE POUVOIR. CHAQUE PERSONNE, CHAQUE CLAN DÉTIENT UN DOSSIER DE CORRUPTION SUR L’AUTRE.

Le seul qui n’a rien à voir avec cette corruption généralisée c’est : RACHID NEKKAZ. Il est le principal responsable de la mise sur la place publique de certaines affaires concernant des personnalités importantes.

On peut comprendre pourquoi aucun média, aucun politique, ne parle de lui. Rachid Nekkaz est l’un des principaux initiateurs du Hirak et il il a acquis une crédibilité qui gêne ceux qui visent le pouvoir.

Rachid Nekkaz est incarcéré depuis 288 jours soit 9 mois et 13 jours.

PERTE NATIONALITÉ FRANÇAISE DE RACHID NEKKAZ.

Communiqué MJC du 17 septembre 2020

Le 23 juin 2020, le député Samir Chaabna était nommé au poste de ministre délégué auprès du Premier ministre en Algérie en charge de la Communauté nationale à l’étranger.

Quatre jours plus tard, le 27 juin 2020 le président de la République Abdelmadjid Tebboune annule la nomination de Samir Chaabna, né en Algérie, pour avoir refusé de renoncer à sa nationalité française.

En effet, car comme la loi n°17-01 du 10 janvier 2017 l’exige, il  faut disposer exclusivement de la nationalité algérienne pour occuper certaines hautes fonctions (liste ci-dessous).

1. Le Président de la République

2. Le Président de l’Assemblée Populaire Nationale.

3. Le Premier ministre.

4. Le Président du Conseil constitutionnel.

5. Les membres du Gouvernement.

6. Le Secrétaire Général du Gouvernement.

7. Le Premier Président de la Cour suprême.

8. Le Président du Conseil d’État.

9. Le Gouverneur de la Banque d’Algérie.

10. Les responsables des organes de sécurité.

11. Le Président de la Haute Instance Indépendante de Surveillance des Elections.

12. Le Chef d’Etat major de l’Armée Nationale.

L’une des questions à se poser, c’est comment une personne titulaire d’une autre nationalité a pu être désignée comme ministre sans vérifier l’éligibilité de sa candidature alors que cette loi n°17-01 était en vigueur depuis plus de 2 ans et demi. 

Monsieur Samir Chaabna a expliqué que « les procédures judiciaires en France sont lentes et lourdes quand il s’agit de renoncer à la nationalité de ce pays » et que « le sujet est soumis, pendant plusieurs jours à un interrogatoire approfondi » « La procédure est longue et prend près de neuf mois ».

Rachid Nekkaz, né en France de parents étrangers algérien, avait la nationalité française qu’il a acquis automatiquement par le « droit du sol». Le 14 juillet 2013, Rachid Nekkaz a demandé officiellement au Président français François Hollande d’être déchu de sa nationalité française.

Un mois plus tard et pas neuf mois, par décret de l’Etat français en date du 20 août 2013, Rachid Nekkaz a perdu sa nationalité française afin de se présenter à l’élection présidentielle de 2014, il a été libéré de son allégeance à la France.

Cette perte de la nationalité française pour Rachid Nekkaz a été rapide et elle n’a fait l’objet d’aucun interrogatoire approfondi. Il y a 7 ans cet décision de Rachid Nekkaz était un acte unique, fort et historique qui a changé la donne dans un milieu politique fait d’impostures. C’est aussi un témoignage d’espoir et d’amour pour l’Algérie.

CORRUPTION DES 267 DÉPUTÉS. DÉPÔT PLAINTE DE RACHID NEKKAZ

Communiqué MJC du 14 septembre 2020

Le procès de l’ex-député du FLN et ancien Vice-Président de l’APN, Baha Eddine Tliba , a révélé au grand public des pratiques scandaleuses sur l’élection de nombreux députés qui ont dû payé leur poste pour siéger en qualité de député à l’Assemblée Nationale Populaire ( ANP).

Pour être plus précis l’ancien député de la wilaya d’Annaba, Baha Eddine Tliba, a affirmé que les parlementaires n’ont pas joué franc-jeu car ils ont gagné leurs places, à l’occasion des élections législatives de mai 2017, en mariant argent « sale » et politique. Certains sièges se sont vendus autour de plusieurs milliards de centimes de dinars soit entre 200.000 et 400.000 euros.

Ces faits concernant le marchandage de postes d’élus sont punis de 2 ans à 10 ans de peine d’emprisonnement. Des personnalités de la société civile, des partis politiques et des médias demandent la dissolution immédiate de l’Assemblée Nationale Populaire qui est rejetée par l’ensemble du Peuple Algérien.

Pour reprendre les propos d’un député dans un journal francophone qui résume bien la situation « Les parlementaires algériens n’ont aucune crédibilité encore moins une légitimité, le peuple nous déteste »

Rachid Nekkaz, en détention depuis 284 jours, adresse le message suivant : Si les députés du FLN et RND ne démissionnent pas collectivement d’ici le 10 octobre 2020, Rachid Nekkaz déposera plainte par l’intermédiaire de ses avocats.

N’oublions pas que lors des élections législatives de mai 2017, Rachid Nekkaz avait déposé un dossier complet avec les parrainages signés et légalisés de citoyens algériens pour être représentant de la communauté algérienne à Paris.

Malheureusement, le tribunal administratif d’Alger avait rejeté le 19 mars 2017 le recours introduit par Rachid Nekkaz, à la suite du refus de sa candidature par les pouvoirs publics 3 jours avant.

Il y a toujours eu des blocages administratifs et politiques contre Rachid Nekkaz pour ses papiers d’identité, ses tentatives aux présidentielles de 2014 et 2019, ses actions en justice contre les personnalités corrompues.

En résumé, l’initiateur principal du Hirak, Rachid Nekkaz, n’a eu aucun cadeau et rien ne lui été épargné durant ces 7 années d’actions continues en Algérie.