Programme : vendre 10 % de la Sonatrach aux petits actionnaires algériens pour lutter contre la corruption

Qu’en pensez-vous ?

Pour 2014, en Algérie :

Pour lutter contre la corruption, je propose de vendre (privatiser) 10% du capital de la Sonatrach (entreprise nationale des hydrocarbures, pétrole et gaz) aux bénéfices exclusifs des petits actionnaires algériens.

Pourquoi ?

Sonatrach

Depuis la nationalisation des hydrocarbures en février 1971 par le Président algérien Houari Boumediene (Allah irhmou), la Sonatrach est devenue la première entreprise africaine avec un chiffre d’affaires colossal, de près de 80 milliards de $. Sonatrach est le 12e groupe pétrolier au niveau mondial, le 4e exportateur de GNL, le 3e exportateur de GPL et le 5e exportateur de gaz naturel.

Cette entreprise nationale représente 98% des ressources en devises du pays tout entier et 70% des recettes fiscales, ouvrant grands et gros les appétits des dirigeants et les ministres de tutelle.

Conséquence de cette situation totalement anormale :

Les scandales de corruption à répétition qui se comptent en milliards de $ de pertes pour le peuple algérien. Le dernier scandale en date est celui lié au Ministre de l’énergie, Chakib Khelil pour une corruption et des malversations à hauteur de 2 milliards de $.

Il est urgent de mettre en place des garde-fous :

Je propose trois garde-fous :

1) Le premier garde-fou sera la privatisation de 10% de l’entreprise publique destinée aux actionnaires algériens exclusivement qui auront des représentants au Conseil d’administration de la Sonatrach. L’objectif est de pouvoir être courant de tout ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur de l’entreprise de façon à prévenir les tentatives de corruption et de malversations.

2) Le deuxième garde-fou que je propose concerne la taille de l’entreprise :

Sonatrach est un géant avec une taille disproportionnée.
Je propose donc de scinder la compagnie en 2 : une entreprise « pétrole » et une entreprise  » gaz ».

Ainsi, en divisant l’entreprise en 2, on crée deux entités différentes avec deux managements différents. En procédant ainsi, on diminue le risque de corruption possible.

Une des conséquences bénéfiques de cette stratégie, est de faire en sorte que chaque entreprise développe davantage ses potentialités.

Je cite un exemple : est-il normal que la Sonatrach qui exporte du pétrole brut, importe dans le même temps du carburant raffiné à destination des pompes à essence pour le consommateur algérien ?

Je réponds non.  Ainsi, un de mes engagements est de développer davantage l’activité « raffinage » de façon à ne plus importer du carburant raffiné.

3) Enfin le 3ème garde-fou concerne le management des deux nouvelles entreprises créées :
Chacune d’elles aura un conseil d’administration et un conseil de surveillance.
Cette bicéphalité du management de ces entreprises contribuera elle aussi à réduire le risque de corruption.

Merci. J’attends vos remarques.

Rachid Nekkaz

Candidat à l’élection présidentielle
Algérie 2014

SOUTENEZ RACHID NEKKAZ POUR 2014

[contact-form-7 404 "Not Found"]

Commentaire

Programme : vendre 10 % de la Sonatrach aux petits actionnaires algériens pour lutter contre la corruption — 15 commentaires

  1. Bonjour,
    La privatisation ne réglera malheureusement pas le problème de la corruption au contraire elle permettra le blanchissement d’argent de certain corrompu. il faut le partage des richesses algérienne de façon équitable entre tous les citoyens afin de combattre la misère et le chômage.

  2. L’idée de vendre 10% du capital SH au secteur privé national n’est pas mauvaise ; Seulement il faudrait faire attention, il faut bien distinguer les véritables capitaines d’industrie et les profiteurs, les copains et les coquins qui ont tété jusqu’à tarissement la vache à lait. Ils sont repérables facilement à leur enrichissement ultra rapide, à leur façon de gérer et surtout aux largesses dont ils ont bénéficiées.
    L’état ne doit pas avoir peur des hommes besogneux qui investissent utilement et prospèrent, il doit faire de leur réussite celle du pays ! Les capitaines d’industrie, les vrais, doivent être choyés, soutenus et consultés.
    La mesure d’ouverture du capital doit également toucher nos banques publiques véritable panier à crabes où se lient et délient toutes les affaires scrabbleuses.
    C’est un secret de polichinelle que de dire, que globalement, notre économie est dans un état comateux avancé et ce n’est pas les mesurettes d’épicier qui vont la réanimer mais plutôt un véritable traitement de choc !

  3. bonjour le peuple algérienne il est dirige par un ensemble de gens qui ne pense a eux et leurs fa mail 1 je trouve que sera difficile pour vous disparaître es mafia sont bien cadre et la question de la sonatrach un problème énorme que je pense vous n’arrive a le cible et ace moment presque tous le peuple devenu la corruption en algérien un métier Odin comment explique des châteaux construit et le pauvre peuple habite dans des baraques et le système dans tous les payer arabe dirige par l’arme je ne sais pas si vous pouvez faire sortir ce payer de la corruption qui a generalise tout le peuple je pense c’est le payer un président président et le ministre reste ministre avec ça paye et tout le confort pour ça fa mail je dire grâce a dieu si vous pouvez faire quelque chose et le peuple et devenu égoïste que chacun vois ces propre intérêt

  4. L’état n’a besoin que de 51% pour réguler la compagnie. Ouvrir 49% du portfolio permettrait à des groupes privés (Caisses de retraites, assurances, etc…) et à des individus de siéger dans le conseil d’administration.

  5. ce n’est pas le moment de dire vendre 10% de sonatrach ,c’est pas facil deprendre de décision quelconque car tous le monde savent que le peuple algerien vie de cet arbre;pour faire autrement a cet entreprise pou qu’elle soit plus rentable ;il faut mettre ce dossier entre les mains des spécialiste dans le domaine et des économistes algerien 100% et pas faire comme la loi des hydrocarbure qui a été crée en amerique par chakib khalil et ses compagnons et jusqu’a présent il est protéger par le président

  6. avant de parler de votre programme, moi je dit qu’il faut réunir la diaspora algériennes derrière un seule homme, et éviter l’erreur tunisienne et égyptienne de vous diviser, parce que ya plusieurs membre de la diaspora qui ont annoncer leur participation.

  7. Il y a des groupes qui sont beaucoup plus grand que sonatrach. La taille n’est pas le problème ni la cause des scandales de corruptions. J’aurais aimé lire vos propositions pour l’éducation afin de former les managers qui ont la capacité de gérer des entreprises de tailles mondiale; vos propositions pour la justice, pour que l’on rompe avec l’impunité et que l’on ait des juges capables de traiter des dossiers compliqués.

    Et au lieu de se focaliser sur Sonatrach qui nous rapporte 98% de nos devise, pourquoi ne pas encourager des groupes tel que Cevital pour avoir plusieurs champions nationaux?

  8. Bonjour Mr Nekkaz,
    je trouve que vous ciblez déjà le point du malheur de l’Algérie, on l’occurrence « La Sonatrach » et c’est bien vu de votre part.
    par contre j’ai une petite remarque qui vous a peut être échappé, c’est que on ouvrant le capital de cette entité vous ouvriez une très grande porte de blanchiment d’argent a des soit-disant investisseurs algériens qui sont déjà roder dans le milieu des affaires pas trop propres. vous leurs donnez la chance de tenir le peuple algérien par le ventre. et je pense que ça sera une erreur fondamental. pour les deux autres garde-fous je suis entièrement d’accord avec votre vision.
    veuillez acceptez mon commentaire et mes profond respect Mr Nekkaz.
    Bon courage et bonne chance pour le future de notre chère patrie.

    • St Yacine,je trouve ton commentaire tout à fait adéquat et bien vu,surtout pour le 1er point. L’argent de la drogue et du trafic,ces gros bonnets vont se trouver une bonne occasion pour blanchir leur argent. Moi je préfère que les 10% soit achetés par les fonctionnaires de sonatrach eux même en formant des groupes et chaque groupe aura un représentant au conseil d’administration. Ces fonctionnaires sont sur les lieux et ils connaissent bien leur travail et sonnatrach.Pour le reste je suis d’accords.

      • tout a fait d’accord avec toi, le rachat de capitaux par les salariés est une bonne idée mais auront-ils les reins assez solide pour cela

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *