RECUPÉRATION DES FONDS DÉTOURNÉS ET BIENS MAL ACQUIS

Communiqué MJC du 31 août 2020.

Le président de la république Abdelmadjid Tebboune considère qu’il est libre pour tenter de récupérer les biens mal acquis par des personnalités corrompus liées au régime de Abdelaziz Bouteflika

La justice algérienne a adressé une demande judiciaire à la France dans le cadre de la convention bilatérale d’entraide judiciaire en matière pénale signée en 2016 entre l’Algérie et la France. Petit détail dans cette convention qui porte à la suspicion, une clause permet la protection des dirigeants algériens corrompus.

En effet, quelle crédibilité à cette annonce du président de la république Abdelmadjid Tebboune qui souhaite récupérer l’argent de la corruption et les biens mal acquis alors que Rachid Nekkaz est actuellement en prison à Koléa et qu’il est le principal acteur de la dénonciation des biens mal acquis par des personnalités algériennes.

Des millions d’algériens durant ces 6 dernières années ont pu observer via les réseaux sociaux les centaines de vidéos filmant des actions concrètes de Rachid Nekkaz pour dénoncer les détournements de fonds et les biens mal acquis.

Rachid Nekkaz a osé dire et faire avant tout le monde ce qu’une majorité de politiques, de personnalités, d’experts et de journalistes n’ont pas eu le courage. Cela explique en partie le silence qui règne sur le cas de Rachid Nekkaz car il a démontré à ce système qu’un algérien né à l’étranger pouvait ne pas avoir peur, être plus patriote, plus courageux et plus honnête qu’eux.

Les demandes judiciaires concerneraient le patrimoine d’un nombre de personnalités compris entre une dizaine et une centaine, nul ne sait vraiment le nombre.

Dans de nombreux médias en Algérie et à l’étranger on cite des noms tels que Abdeslam Bouchouareb, Abdelmalek Sellal, Amar Saïdani, Farid Bedjaoui Chakib Khelil, Ould Kaddour, etc. Ce sont les noms de ceux qui ont droit à des manifestations de Rachid Nekkaz devant leurs biens immobiliers , mais curieusement on ne cite jamais celui qui est à l’origine de tout cela, c’est-à-dire Rachid Nekkaz.

Par ailleurs, ces personnalités ont toujours été protégé par la France puisque la justice française à  plusieurs fois condamner Rachid Nekkaz pour les avoir dénoncé.

Rachid Nekkaz n’accorde aucun crédit à la France dans sa volonté de lutter contre la corruption en Algérie. Les actes de répression et de criminalisation en direction de Rachid Nekkaz parlent d’eux-mêmes

En effet, la France fera tout son possible pour garder ces milliards d’euros dans son économie, tout en essayant de sauver les apparences en donnant quelques personnalités pour crédibiliser cette opération de récupération de l’argent de la corruption lancée par le président Abdelmadjid Tebboune.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.